Aider et vivre avec une conjointe borderline [Fermé]

Signaler
Messages postés
5
Date d'inscription
mardi 22 mai 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
23 mai 2012
-
Messages postés
73326
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
27 juillet 2021
-
Bonjour,

Je suis en couple avec mon amie depuis près de un an.
Elle est de nature très joyeuse mais en un instant elle s'énerve ou commence à déprimer.
Elle est capable de s'énerver pour un rien.
Un jour nous nous écrivons durant toute la journée, elle me fait part de toutes sortes de projets, et le lendemain elle ne réponds que froidement à mes messages, se fou de tout, reste froide dans tout sujets de conversations et s'énerve dés que j'esquisse la moindre tentative afin de savoir ce qu'il se passe.
Elle peut changer du tout au tout, et ce, sans raison apparente. Elle peut aussi se mettre à déprimer d'un coup et rester perdue dans ses pensées.
Lors de ses crises (qui génèrent souvent de multiples disputes car elle finit par se mettre en colère "toute seule", me reprocher pleins de choses, et être en colère contre tout, y compris contre moi et elle-même) elle me soutient qu'elle ne veut faire aucun effort, qu'elle est comme ça et qu'elle changera pour rien ni personne.
Elle me dit des choses blessantes, elle devient réellement méchante par moment, elle est alors hors d'elle pour et sur tout, je tente donc, le plus possible, de ne pas prendre pour moi toutes ces remarques et ces "méchancetés".
Après ça, elle culpabilise, s'excuse encore et déprime.

Je tiens à faire remarquer qu'elle a tout à fait conscience de ses réactions disproportionnées, de ses sauts d'humeurs ingérable, et du mal qu'elle peut faire. Elle culpabilise énormément à cause de cela (elle a dût renoncer à une ancienne relation qui avait durée trois ans car son ancienne amie ne pouvait plus supporter son comportement).
Je sais qu'elle souffre de cette situation.


Hors périodes de crises c'est la femme la plus gentille, drôle et joyeuse que je connaisse. C'est un vrai rayon de soleil. C'est la plus abordable, la plus douce, la plus souriante.
Malheureusement, cela ne dure pas. Les crises reviennent, et elle ne supporte à nouveau plus rien...


Elle refuse d'aller consulter un spécialiste de la santé. Au fil de divers forums et après en avoir parler avec une psychiatre, je pense qu'elle présente de nombreux traits d'une personnalité borderline. Je ne m'avance en rien, j'attendrais pour cela qu'elle accepte l'idée d'aller voir un spécialiste.


Alors si vous connaissez d'aussi gros changements d'humeur, si vous êtes borderline ou si vous connaissez quelqu'un, j'aimerais beaucoup savoir comment devrais-je agir lors de ces périodes de colère, ces moments où elle ne parait plus amoureuse, où elle s'enferme.
Dois-je tenter de lui remonter le moral?
De lui parler? (ça la met encore davantage en colère j'avais alors condamné ce procédé)
Comment suis-je sensé agir? Comment puis-je aider ma femme?
Comment la convaincre qu'aller voir quelqu'un pourrait lui être utile?
J'aimerais réellement savoir de quelle manière "utile" et intelligente pourrais-je réagir en temps de crises.


Merci d'avance de vos réponses.

4 réponses

Je sais pas si on peu me qualifier de borderline mais je te livre mon expérience.

J'ai mis fin a ma relation de couple car je me suis surpris a 2 ou 3 reprises de l'insulter et meme lui mentir une fois.Je me l'explique, insultes car je me sentais humiliée et j'étais poussé a bout, mensonge car c était la seule issu de m en sortir, mais je me l' excuse pas.
J'ai jamais connu ca dans mes relations anterieures, c'est pas dans ma nature, j'ai senti un profond mal-etre, j'avais dépassé les limites, je n'étais plus MOI.
Je suis une personne hyperémotive. Les insultes, le mensonge, l'humiliation ne sont pas concevables dans un couple, cest un marque de non -respect et le respect est une valeur fondamentale de la vie. Faut pas se poser la question de psy. Si un couple en arrive la, cest que le courant passe pas, on n est pas sur la meme longueur d'onde, il ya incompatibilité de caractère, alors il faut stopper meme au prix de grandes soufrances. Imagine si des enfants vont arriver dans ce milieu. Il faut pas se détruire la vie, si precieuse.
3
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 25507 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Messages postés
2606
Date d'inscription
vendredi 20 janvier 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 août 2013
658
Bonjour,
"Faut pas se poser la question de psy" cette question est pourtant essentielle et lilou1208 a raison de l'évoquer. Je le répète un traitement adapté peut diminuer fortement ces troubles du caractères et de l'humeur. Il est nécessaire bien sur qu'un diagnostic soit fait de préférence par un spécialiste.
Et je rajoute comme Marcella il faut trouver UN EXPERT UN VRAI! Et encourager car dsl mais je sais que beaucoup de psy sont pas bon et peut aggraver la maladie!!!
Messages postés
73326
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
27 juillet 2021
8 230
Désolée mais c'est surtout important de ne pas généraliser.

La question datant déjà de 2012 va se fermer.
Messages postés
2606
Date d'inscription
vendredi 20 janvier 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 août 2013
658
Bonsoir,
seule une consultation chez un psychiatre peut aider votre amie. La difficulté est qu'elle accepte de consulter. On ne peut hélas l'obliger sauf si elle se met ou met les autres en danger. Essayer de la convaincre en insistant que des traitements peuvent l'aider à avoir une vie plus sereine pour elle et pour vous. Bon courage.
Messages postés
5
Date d'inscription
mardi 22 mai 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
23 mai 2012

Merci beaucoup pour cette réponse.
Cela fait plusieurs mois que je tente de la convaincre d'aller à une consultation, sans succès, elle rentre dans une colère noire.
Mais, an attendant, que puis-je MOI faire lorsque, quand je suis avec elle elle rentre dans un état de déprime ou de colère? C'est cela que j'aurais réellement besoin de savoir... Comment réagir durant ces crises....
Messages postés
2606
Date d'inscription
vendredi 20 janvier 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 août 2013
658
De rien, nous sommes ici pour aider. Difficile de vivre cela pour vous, essayer de prendre un peu de recul.
Bonjour,
Il vous faut essayer d'en comprendre la cause; questionnez ses parents, voir si dans son enfance elle n'aurait pas eu des moments de vie difficiles dont elle ne peut pas parler pour l'instant. Voir aussi à partir de quand ce comportement s'est manifesté pour la première fois et que c'est il passé juste avant.
En ce qui concerne le meilleur comportement à avoir pendant ses crises; lui parler calmement, lui rappeler votre amour pour elle et surtout ne jamais répondre à la provocation.
Ses crises sont peut être une manifestation d'un mal de vivre lié à son passé.
Bon courage et soyez rassuré, ne vous angoissez pas.
Messages postés
5
Date d'inscription
mardi 22 mai 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
23 mai 2012

Elle fait partie d'une famille très soudée, ou tout le monde s'entends bien, jamais de problème vis-à-vis de son homosexualité qui a toujours très bien été prise. Elle vit dans un contexte familial idéal.
Lorsqu'elle a rompue avec son ancienne amie elle a énormément souffert et elle avait recommencé à beaucoup déprimé. Mais des accès de colère ont toujours été présents, depuis l'enfance apparemment.
Elle est totalement instable dans ses émotions, sans qu'elle puisse le contrôler.

Lors de crises, lorsque je tente de lui parler et qu'elle s'énerve davantage ou devient à la limite de la méchanceté, devrais-je lui dire qu'elle va trop loin et que je ne veux plus lui parler jusqu'à ce qu'elle se soit calmer? Afin de fixer certaines "limites", peut être?

Si certaines personnes ont des témoignages personnels, racontez, ça m'aiderai beaucoup je crois. Merci encore
bonjour,

je suis moi aussi ateinte de cette maladie , et j en souffre reelement quasi au quotidien est c'est vrai que c'est difficile de pouvoir nous aider , il faut avant tout discuter beaucoup parler il faud quelle exprime ses emotions et son mal etre apres sa elle se sentira deja mieux souvent on cherche juste a etre rassurer et entendu souvent les crise se declanche apres un doute ou une sensation d avoir etais manipuler alors il suffi de nous demander ce qui nous met dans cette etat est de nous rassurer mais tres souvent on a besoin d une preuve et( parfois difficile ;) )
bonjour ,

discute avec , essais de rassurer et de comprendre surtout ne reste pas sans parler c'est pire !!!!

moi aussi ateinte de cette maladie je ne supporte pas quon reste sans me parler ou qu on me dise que je vais trop loing cela m enerve encore plus car du coup on a l impression que notre souffrance n est pas reconu .
C'est vraiment très difficile de vivre avec une personnalité-limite. Mon mari l'est et je suis mariée depuis 35 ans. il n'y a pas de solution. J'aurais dû m'éloigner de lui dès le départ mais avant de mettre un nom sur son trouble, je me suis posée bien des questions. J'ai deux fils qui n'auront probablement pas d'enfant et je me dis que c'est mieux comme ça, que la maladie ne se transmettra pas. C'est épuisant de vivre dans des montagnes russes. En vieillissant, j'aurais aimé ne pas avoir à marcher sur des oeufs constamment. il n'y a pas de milieu avec eux: ou c'est le grand enthousiasme ou bien c'est la colère ou le boudage.
Honnêtement sans BON PSY et thérapie (pour ma part individuel) vivre avec quelqu'un qui a un trouble de personalitée est très épuisant et à la limite traumatisant. Cependant, lorsque la personne accepte sa maladie et son psy est expert en la matière les changements sont quasi incroyable. Mon homme est en moins de 2 ans quasiment "guéri" il ne crie plus ne veut plus mourir au contraire. En fait, si on avait à diagnositiquer aujourd'hui il ne rencontrerai plus les critères pour un trouble de personalitée. Il faut dire que mon chéri ne touche pas à alcohol ni au drogues et est plus Bordeline anxieux que autre chose. Mais sérieux sans traitement c'est invivable! Des fois une rupture temporaire ou les menace de rend la personne troublé conscient de la gravité de sa maladie et si la personne est MOTIVÉ à s'en sortir alors oui c'est vraiment possible!! Et aussi passer 30 ans du moins dans mon cas mon conjoint dit que l'intensité de vivre c'est émotions et son impulsivité diminue beaucoup.