Et plouf la maison médicale

Signaler
-
Messages postés
102
Date d'inscription
mardi 27 juillet 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
16 décembre 2012
-
Non maman, j'irai pas travailler à Luna Park.


Dans Le Quotidien du Medecin ce jour du jour p2

Un territoire breton combat la de?sertification
La cre?ation d'une maison de sante? pre?s de Paimpol se?me la discorde
Une offre de soins assure?e par une poigne?e de ge?ne?ralistes proches de la retraite et des spe?cialistes qui se font rares. Pour contrer la de?sertification me?dicale, la presqu'i?le de Le?zardrieux, en Bretagne, va accueillir une maison de sante? pluridisciplinaire d'ici fin 2013. S'il est de?fendu par un certain nombre de praticiens et d'e?lus, le projet ne fait pas l'unanimite?.
DE NOTRE ENVOYE?E SPE?CIALE
« L'HUMANISME ne paye plus. » Le Dr Jean Dehon a le coeur lourd. Le 31 de?cembre, le me?decin ge?ne?raliste de Pleudaniel a referme? la porte de son cabinet me?dical pour la dernie?re fois. Il s'e?tait installe? voila? 36 ans dans ce village de 1 000 habitants au sud de la presqu'i?le de Le?zardrieux, bout de terre armoricain tout proche de Paimpol, au nord de la Bretagne.
Pendant ses dernie?res anne?es d'exercice, le Dr Dehon a recherche? un confre?re pre?t a? assurer la rele?ve. Sans succe?s. En dix ans, le nombre de me?decins ge?ne?ralistes a e?te? divise? par deux sur la presqu'i?le. Ils ne sont de?sormais plus que cinq : les Drs Jean-Luc Le Corre, Jean-Paul Thomas et Jean- Marc Bourdieu a? Pleubian, gros bourg de 2 600 habitants au nord de la presqu'i?le, le Dr Bruno Lambert au centre, a? Pleumeur-Gautier (1 150 habitants), et le Dr Philippe Tournier a? Le?zardrieux (1 600 habitants), a? l'est. A? l'exception des Drs Lambert et Bourdieu, tous ont plus de 60 ans. Au 1er juillet, Phi- lippe Tournier de?vissera a? son tour sa plaque. Qui a parle? de de?sertification me?dicale ?
Afin d'attirer de nouveaux professionnels de sante?, Jean Dehon a milite? aupre?s des politiques en compagnie de l'e?nergique Dr Lambert pour la construction d'une maison de sante? pluridisciplinaire. Un projet que la communaute? de commune valide a? l'unanimite?. Sur le papier, tout semble parfait. « Nous avons ce?de? le terrain pour 1 euro symbolique a? la communaute? de communes, explique Pierrick Gouronnec, maire de Pleumeur-Gautier, commune sur laquelle le ba?timent sera construit a? l'automne prochain. Tre?s implique?, l'homme voit dans cette re?alisation « un bel outil qui donne la possibilite? aux professionnels de sante? d'exercer dans de bonnes conditions et d'avoir une belle qualite? de vie ». Le Dr Lambert, 43 ans, aime quant a? lui l'ide?e « de l'e?change, de la possibilite? d'ame?liorer la relation de travail entre me?decins et parame?dicaux et d'augmenter le temps me?dical consacre? au patient ». L'inauguration des locaux est pre?vue fin 2013.
Vent de fronde au nord. Malgre? la bonne entente affiche?e, cette maison pluridisciplinaire ne fe?de?re pas l'ensemble des acteurs du monde me?dical et politique de la presqu'i?le. Un projet d'une telle envergure dans un si petit territoire, ou? tous se connaissent et se soucient de leur voisin ne pouvait voir le jour sans heurt.
« J'e?tais e?coure? ». Didier Rogard, maire de Pleudaniel, a des mots choisis lorsqu'il parle du comportement des me?decins pendant la premie?re re?union sur la cre?ation de la maison me?dicale, deux ans plus to?t, en pre?sence de tous les e?lus de la presqu'i?le. « Les me?decins de Pleubian, au nord, ont eu une re?action tre?s violente, ex- plique-t-il. Ils ont tout refuse? en bloc pour des questions de gros sous. Je ne m'attendais pas a? une telle fronde. » « J'ai e?te? tre?s sur- pris de voir que les me?decins ne se connaissaient pas du tout, ajoute Alain Gouronnec, pre?sident de la communaute? de communes (et parent du maire de Pleumeur-Gautier). Certains se contentent de mener leur petit train-train de me?decin de campagne sans voir plus loin. »
Ces propos font hausser les e?paules du Dr Lambert, selon qui les me?decins du Nord ne sont « ni pour ni contre la maison pluridisciplinaire ». Le Dr Bourdieu n'est quant a? lui nullement e?tonne? par la durete? des e?lus : « Ils ne comprennent rien au monde me?dical, juge-t-il. C?a a gueule?, a? cette re?union, et pour cause. Leur poli- tique du "place aux jeunes" est frustrante pour nous, les vieux toubibs qui avons assure? l'offre de soins de la presqu'i?le ces 20 ou 30 dernie?res anne?es. »
Scepticisme des professionnels.
Outre un proble?me de communication, ce projet de po?le re?ve?le aussi une fracture entre la vision que les professionnels de sante? en exercice ont de leur me?tier et le de?sir des politiques d'enrayer la de?sertification me?dicale en marche. N'ayant « rien contre cette mai- son pluridisciplinaire », le Dr Bourdieu y pre?fe?re « le confort extre?me de travailler chez soi, dans son cabinet me?dical, dans sa maison ». Surtout, il n'y voit en rien une solution miracle a? ce qui constitue selon lui le fond du proble?me : la surconsommation me?dicale. « Est-il normal de voir une gamine de 10 ans dans mon cabinet alors que, en vingt minutes de consultation et malgre? tout ce que pre?tend sa me?re, je ne l'en- tends tousser que deux fois ? s'insurge-t-il. C'est la me?decine Mc- Donald's qu'il faut changer, pas le mode d'exercice ».
Le me?decin n'est pas le seul sceptique. Les seize infirmiers (19,7 pour 10 000 habitants) de la presqu'i?le, tre?s attache?s a? leur liberte? et en surnombre par rapport a? la moyenne re?gionale (12,7) et nationale (9,7), ne veulent pas entendre parler du projet. Les trois dentistes de la presqu'i?le souhaitent eux aussi conserver leur mode d'exercice individuel. Du co?te? des kine?sithe?rapeutes, dont le territoire est tre?s largement de?pourvu - 2,5 pour 10 000 habitants, densite? tre?s infe?rieure a? la moyenne re?gionale (8,7) et nationale (7,9) -, on reste circonspect. « C'est une maison faite
par des me?decins pour des me?decins », reconnai?t Maguy Noue?l de Ke?rangue?, installe?e a? Pleubian. La kine?sithe?rapeute s'interroge sur « la rentabilite? » du projet mais y envisage tout de me?me un exercice a? temps partiel, en alternance avec sa toute jeune collaboratrice. Le Dr Lambert est le seul me?decin libe?ral embarque? a? bord. La future maison de sante? ne se trouve qu'a? quelques centaines de me?tres de son cabinet.
Dans son ancien bureau aujourd'hui de?sert, le Dr Dehon explique avec douceur qu'il a embrasse? ce projet pour « ne pas laisser tomber les habitants du coin ». Sa re?cupe?ration par les politiques « qui se foutent totalement de la de?- tresse des gens » agace l'ancien me?decin de Pleudaniel. Qui a accepte? de de?panner encore quelque temps en conseils me?dicaux « les copains » et ses anciens patients, bien de?munis par son de?part.
> ANNE BAYLE-INIGUEZ
Un projet
a? 1,2 million d'euros
La future maison de sante? pluridis- ciplinaire a e?te? voulue pour ame?liorer l'offre de soins aupre?s des 8 450 habitants de la presqu'i?le de Le?zardrieux, dont 40 % ont plus de 60 ans. Le cou?t total de ce ba?timent de 800 m2 construit a? Pleumeur-Gautier est estime? a? 1,2 million d'euros. Dans l'imme?diat, la communaute? de communes, mai?tre d'ouvrage, validera le 5 mars l'une des esquisses des 17 cabinets d'architectes qui ont travaille? sur le projet. Le 12 mars, ce sera au tour de l'agence re?gionale de sante? (ARS) d'avaliser le montant des subventions al- loue?es, a? hauteur de 40 % (si tout va bien). En septembre, les travaux de terrassement doivent commencer. La maison doit ouvrir ses portes fin 2013. Trois dentistes, deux (voire trois) kine?sithe?rapeutes, un orthoptiste, un ergothe?rapeute, une sage- femme forme?e en gyne?cologie, deux psychologues, un podologue et une die?te?ticienne se disent inte?resse?s par l'aventure, le plus souvent en vacation. Quatre cabinets me?dicaux sont pre?vus. Pour l'instant, hormis le Dr Bruno Lambert, seul un me?decin hospitalier y envisage un mi-temps.

1 réponse

Messages postés
102
Date d'inscription
mardi 27 juillet 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
16 décembre 2012
31
Bonjour,
Typique en effet d'une conception où l'on construit les murs avant de construire un projet, où un maire qui est peut-être un conservateur frileux dans son travail, se permet de juger d'autres professionnels sans en connaître les problématiques et les enjeux.
A noter que ceux qui veulent bien venir viendrait en vacation. Ça change tout en terme organisation de vie et on n'est plus dans une problématique de médecine générale.
Quand aux critiques des pré-retraités sur le jeunisme ambiant, je partage leur point de vue. Les jeunes ont leurs qualités, leur défauts, leurs aspirations, Ils sont actuellement encore assez rarement en pointe dans les projets novateurs (et pour cause, ils s'installent peu, à raison d'ailleurs de mon humble avis).