Hypothèse sur le décès de mon père

[Résolu]
Signaler
-
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 11 février 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
11 février 2008
-
Bonjour,

Je viens de lire quelques articles intéressant sur ce site, en particulier en ce qui concerne la médecine psychosomatique. le 8 janvier 1988, il y a donc un peu plus de 20 ans, mon père décédais d'un cancer des os (c'est une des interprétation que j'ai retenue, car on m'a parlé aussi d'un cancer généralisé et autres...). Il avait 58 ans, ne buvait que très modérément, ne fumais pas et avait une vie très saine... mais mon papa que j'aime encore gardait en lui une colère contre son propre père que mes soeurs et moi n'avons jamais connu et ne savions de lui que le fait qu'il soit décédé d'une cirrhose du foi et que c'était un méchant homme qui buvait toute sa paye. Jamais mon père ne nous a parlé de notre grand-père, la seule fois qu'il allait le faire, il était en fin de vie, ma mère à interrompu la discussion... (j'en éprouve encore de la colère). Si mon père était un homme exemplaire au dehors, respecté de tous, il ne s'occupait que très peu de nous. Ma mère avait (et a toujours) un esprit très inventif, elle se plaisait à raconter le bonheur de leur mariage, mais ne pouvait s'empêcher de battre ma grande soeur devant moi et de raconter à nos amis que j'étais très doué en classe alors que j'étais le dernier. Baeteson, disait que la schizophrénie est la réponse la plus adéquate à un système familial disfonctionnel, c'est celui que j'ai emprunté durant mon adolescence et m'en suis sortis par un long chemin plus proche de celui proposé par l'antipsychiatrie que par la psychiatrie traditionnelle puisque je ne suis pas sous neuroleptique. Pour échapper à une situation aussi complexe (je ne crois pas que mon père aimait autant ma mère qu'elle le prétend, il était intelligent, cultivé et la mythomanie de ma mère devait le désarçonner) Ancré dans une morale bourgeoise, jamais il n'aurait pu envisager une séparation. Je ne pense même pas qu'il devait se croire malheureux, en fait, il n'a jamais connu le bonheur (mon père n'a jamais ri... il lui est arrivé de sourire, mais jamais de rire, enfin depuis qu'il était adulte en tout cas). Qu'a t-il fait de ses rêves??? Il a épousé ma mère qui avait 19 ans et lui 30 car elle était enceinte et que sa morale l'y obligeait. Aucun moyen d'échapper à cette condition, si ce n'était pas pensé, son corps le ressentait et mon hypothèse est que ce cancer est une réaction adaptée à sa situation comme ma schizophrénie l'a été pour sortir du système familial. Tout est langage disait feu Françoise Dolto, la maladie peut parfois l'être, mais on peu aussi émettre l'hypothèse que son cancer est apparu peu de temps après Tchernobyl! Cela pour dire que ce n'est qu'une hypothèse et non un explication et les cancers qu'on eu les personnes qui ont survécu à Hiroshima n'ont rien de psychosomatique.

Merci de m'avoir lu
A voir également:

1 réponse

Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 11 février 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
11 février 2008
5
passionnant et émouvant ton témoignage...je t'ai lu avec beaucoup d'attention..