Je veux une deuxieme évaluation médicale

Résolu
chaton35 Messages postés 4 Date d'inscription mercredi 29 septembre 2010 Statut Membre Dernière intervention 30 septembre 2010 - 29 sept. 2010 à 17:55
 chaton35 - 5 oct. 2010 à 18:50
Bonjour,
Voici mon interprétation clinique: La patiente décrit encore une fois une multitude de symptômes qui sont prédominés par un tableau douloureux multi-focal. Elle présente notamment une céphalée hémicranienne droite a départ nucal qui pourrait à la rigueur être en relation avec une névralgie d'Arnold.Elle décrit également des douleurs du rachis, diffuses, en particulier au niveau du rachis cervical et lombaire avec irradiation des douleurs lombaires, de façon mal définie, au membre inférieur droit.Elle décrit également des douleurs au niveau des dents qui augmentent lorsqu'elle boit ou mange des aliments froids.Elle a vu plusieurs dentistes et aucune pathologie dentaire n'aurait été identifiée.Elle se plaint de xérostomie et de xérophalmie.Elle décrit des paresthésies mal définies au niveau des deux membres inférieurs jusqu'a la portion proximale des cuisses, de même qu'une sensation de faiblesse des membres inférieurs et une instabilité a la marche.

A l'examen, les paires crâniennes sont normales. Les forces musculaires sont difficiles a évaluer en raison d'un phénomène antalgique, la patiente tend à céder surtout au niveau des deux membres inférieurs, il ne semble pas y avoir de faiblesse musculaire notable. Les réflexes ostéotendineux sont normaux et symétriques. A l'examen, on note une diminution de la sensibilité a la piqûre et au tact léger a l'ensemble de l'hémicorps droit avec épargne relative du visage. La marche est instable et on note un pseudo Romberg.

Cette patiente présente un tableau de douleurs multi-focales associées à des plaintes neurologiques sous forme de paresthésies et de fatigabilité musculaire, mais sans évidence clair de pathologie neurologique a l'examen clinique et au niveau de l'investigation para-clinique déjà effectuée qui comprenait notamment une IRM célébrale et un ÉLECTROMYOGRAMME. Il n'y a pas d'évidence de pathologie neurologique évolutive. Encore une fois, il me semble probable que les symptômes de la patiente soient d'origine psychogène et probablement en relation avec un syndrome post-traumatique. La patiente est d'ailleurs en attente d'une évaluation et d'un suivi en psychologie a cet effet. La xérostomie décrite est en relation avec la prise de la médication anticholinergique,en particulier L'Elavil et le Flexeril. La xérostomie n'est pas responsable de la douleur dentaire cependant, cette douleur est probablement d'origine psychogène comme les autres.
A voir également:

6 réponses

soraya80 Messages postés 14143 Date d'inscription samedi 4 juillet 2009 Statut Contributeur Dernière intervention 8 avril 2014 2 269
29 sept. 2010 à 18:00
Bonjour
Comment faites vous pour écrire un autre "pavé" en moins de 4 mn ?