Une fiv à 44 ans

Fermé
Signaler
-
 Nicoise -
Bonjour,
J'ai 44 ans et j'ai rendez-vous en Belgique la semaine prochaine pour envisager une aide médicale pour avoir un bébé.
Je suis célibataire, j'ai quitté mon ami il y a un an quand j'ai appris qu'il avait subi une vasectomie un an et demi plûs tôt, sans me le dire. Nous avions une relation depuis près de 5 ans et il connaissait mon désir d'enfant depuis le début. Avant lui, je n'avais pas rencontré "le bon" comme on dit.
Je n'ai pas tout de suite pu envisager une FIV au autre chose, j'étais anéantie par sa trahison et les conséquences qu'elle avait pour moi. Maintenant, je gère ça.
Mais mon inquiétude concerne mon désir d'enfant. Je n'ai pas rencontré d'autre homme ayant le même désir que moi. Alors je me tourne vers la médecine. Qui a vécu une FIV au même âge ? Que pouvez-vous me dire à ce sujet ?
Je sais que c'est tard, j'aurai 45 ans en novembre, mais la situation étant ce qu'elle est, je n'ai pas le choix.
Mon autre inquiétude concerne l'enfant. Si ça marche, comment vivra-t-il le fait de ne jamais pouvoir connaître son père géniteur ?
Merci pour votre aide.
Nathalie.
A voir également:

2 réponses


bonsoir nath,
c'est le 3e message que j'écris les 2 autre ne sont pas passée peut être que j'ai été trés dur avec tout ex donc je vais être poli.
je suis désolée que tu te retrouve ds cette situation à cause d'un ?
je ne suis pas du tout d accord avec mamie car j'ai eu ma fille à 41 ans aujourdh'ui elle au CP on ne lui a jamais dit c'est ta grand-mère au contraire ses copine lui dise ta maman est belle donc tout dépent de la maman
ma fille n'est pas mon petit dieu mais ma vie , je lui donne tout l'amour que j'ai avec une éducation baser sur le respect des autres ,elle est loin d'être capricieuse
et à 45 ans on a du courage et de la force et on n'est pas dépassées
personne n'a besoin de te prévenir , concernant l'enfant tu pourrais lui dire la vérité quand il sera en âge de comprendre et je ne pense pas qu'il t 'en voudra
je te souhaite que tu réalise ton rêve et qui c'est peut-être rencontrer un homme qui t'aimera toi et ton enfant
bonne chance
3
Merci pour ce message positif et encourageant. Ca fait du bien !! Je me doutais bien que ma démarche ne serait pas comprise par tout le monde mais de là à être remise à ma place par "mamie", je suis un peu étonnée.
J'ai vu les médecins belges. La psy m'a beaucoup rassurée sur ce que je pourrai dire à l'enfant et sur la façon dont il pourra vivre son histoire, mais médicalement, c'est pas gagné. J'ai à peu près moins d'1% de chance de réussite. Je m'en doutais. C'est comme ça. Ma vie a fait que j'ai eu la malchance de tomber sur ce monstre d'égoïsme. Mais je vais tout tenter quand même, au moins je n'aurai pas de regret de ce côté-là. Et que ça marche ou pas, j'envisage aussi l'adoption.
Merci encore pour ton soutien et embrasse ta petite princesse pour moi, elle me portera chance.
Nath
0
je ne peux pas vous renseigner sur la FIV mais vous parler d'amies qui ont eu un enfant vers cet âge. Quand les mamans vont chercher leur enfant à l'école, les petits copains ne sont pas tendres, du genre : c'est ta grand mère ? elle est vieille ta mère !. Je ne pense pas que cela soit très bon pour l'enfant qui a honte de sa mère.
A cet âge, une femme qui a toujours souhaité avoir un enfant, lui passe tous ces caprices, d'abord parce que cet enfant est son "petit dieu" et qu'elle n'a plus la force ni le courage de le reprendre ni de l'éduquer . Ces enfants sont capricieux, ingérables souvent hyper actif. Et les mamans sont dépassées...
Je ne dis pas cela pour vous décourager, je pense que votre décision est prise et cela ne me regarde pas, mais c'est une constatation et vous ne direz pas que je ne vous avais pas prévenue...
1
Bonjour,
Vous êtes bien dure en effet, et bien sûre de vous dans le " vous ne direz pas que je ne vous avais pas prévenue". C'est une leçon, non ? Mais si vous êtes une mamie, moi je ne suis plus une enfant en âge d'en recevoir.
Les femmes d'aujourd'hui ne sont pas "vieilles" à 45 ans. Je me sens plus forte et plus solide psychologiquement qu'à 20 ans. Je sais mieux qui je suis, ce que je veux et ce que je ne veux pas. Et physiquement je suis toujours en forme.
Les enfants à qui on passe tout, je connais, je suis enseignante et j'en vois pas mal dans mon métier. La plupart ont des parents plutôt jeunes et encore immatures qui veulent éviter les conflits, ou qui veulent être les copains de leurs enfants ou simplement qui ne savent pas où mettre les limites, qui sont un peu perdus. Ce n'est bien sûr pas une généralité et je me garderais bien de les juger. Ils font avec ce qu'ils sont et ce qu'ils ont reçu eux-mêmes. Et puis il y a aussi des parents remarquables, qui assurent et dont les enfants ont quand même parfois eux aussi des troubles psychologiques. Mais les parents ne sont pas toujours "coupables". L'enfant a lui aussi sa propre nature, son propre fonctionnement et ses défaillances. On ne peut jamais prévoir.
En tout cas, j'ai encore la même énergie et la même résistance pour tenir ces groupes d'ado (je travaille dans un collège) et je les aime bien. Je sais, les choses seraient évidemment différentes avec mon propre enfant, mais au moins j'ai cette force-là.
Alors, non, n'ayez aucune crainte, vos arguments ne peuvent pas me décourager.
Nathalie.
0
Bien répondu !
0