Comment réagir?

Marlène - 26 août 2009 à 11:13
 saby - 11 avril 2010 à 21:42
Bonjour,
j'ai eu différents drames à vivre dans ma vie, mais ce que je vis actuellement est de loin le pire. Mon père que j'adore est en train de mourir d'un cancer du cardia métastasé au foi. il a était disgnostiqué il y a un an, et la chimio ne lui a laissé qu'un an de vie supplémentaire. Aujourd'hui, il est à l'hopital pour une pleurésie doublée probablement d'une septisémie. Au fond de moi, je sais que c'est la fin. Ma réaction est assez surprenante: je suis dans l'aveuglement le plus total, j'ai alors des crises d'euphorie où je me jette de partout. J'alterne ensuite avec des moments de désespoir où je suis capable de me jeter par la fenêtre.
Je suis fille unique, très proche de mon père qui est la personne que j'aime le plus au monde. J'aurais 27 ans cet automne et j'ai vraiment vraiment besoin de lui.
Je me pose plusieurs questions: comment l'accompagner dans la mort? et comment moi, ensuite, faire face à son absence?

4 réponses

DCI Messages postés 83035 Date d'inscription mercredi 30 avril 2008 Statut Modérateur Dernière intervention 27 novembre 2022 36 221
26 août 2009 à 14:43
Bonjour,

"Accompagner" un proche vers sa fin c'est avant tout être présent(e) et disponible. Tant qu'il reste un souffle de vie, on reste dans la vie, il faut parler de la vie, des gens, des choses du quotidien. Du jardin, des amis, des voisins, de la pluie, du beau temps....

Par la suite, il y aura un travail de deuil. C'est tout le temps qu'il faudra pour qu'une réalité (le décès de ton père) prenne peu à peu sa place dans toute ta bibliothèque de souvenirs et d'émotions. C'est souvent difficile et et il est parfois nécessaire de se faire aider.


0
Bonsoir Marlène,
je suis à peu près dans la même situation que toi... Nous venons d'apprendre, il y a 1 semaine, que mon papa a 2 cancers (gorge + foie). Je dois te dire que nous sommes assez attérés et encore sous le choc de cette terrible nouvelle... Alors, j'essaie d'évaluer la situation et je me dis que je dois, nous devons tous profiter au maximum de chaque moment que nous avons à vivre avec nos proches malades! Au fond de nous-même, nous savons que la mort est inévitable.
Je t'avoue que ce qui me fait le plus souffrir c'est de me dire, de me demander chaque jour si papa ne se sent pas seul dans cette épreuve, seul au fond de lui-même, seul quand la nuit tombe, quand la douleur reprend, que le sommeil ne vient plus, quand nous rentrons tous chez nous après une journée à l'hôpital... j'ai peur qu'il soit angoissé à l'idée de mourrir, il est jeune (57 ans) et il ne sera jamais grand-père, ne nous verra jamais nous marrier, il sait qu'il manquera bcp de moments de joie avec nous...!
Je ne sais pas trop comment évoquer la mort avec lui? Faut-il le faire? Quand?
Bref, les choses se chamboulent dans ma tête. Marlène, je t'embrasse, te soutiens et compatis de tout mon coeur.
0
je sais, c'est atroce. On est confronté à une perte énorme du jour au lendemain, sans ménagement. Je commence de plus en plus à douter de la beauté de la vie.
Je ne comprend malheureusement que trop bien ta situation, je te souhaite beaucoup de courage et pense également fort à toi et ta famille. Apparement vous êtes plusieurs enfants: je pense que ça doit être une aide. Appuie toi au maximum sur eux et soutenez vous tous ensemble.
Je partage tes interrogations. Comment faire face à l'absence, au manque. On a encore besoin d'eux dans notre vie. Ca fait mal de se dire qu'ils ne seront plus là pour voir les joies de nos vies, et c'est très dur d'accepter le fait qu'ils ne verront pas ce que doivent voir les gens de leur âge: petits-enfants, marriages...
A mon sens, il faut essayer d'écarter le plus possible le sentiment d'injustice qui nous envahit: il ne nous blesse que plus. On n'a pas besoin d'avoir plus mal.
0
mon papa est decede d'un cancer au foie deja tres avance,il est entre a l'hopital le mercredi 31 mars et il est parti le 8 avril,
les medecins nous ont dit qu'il etait condamne,mais je gardais espoir,aujourd'hui j'ai l'impression qu'il est toujours aupres de moi de plus je suis croyante et ca aide beaucoup,parce que le jour ou ce sera a notre tour nous rejoindrons tous ceux que l'on a aime, il faut garder espoir, le corps est mort mais pas l'ame.
0