Cherche solutions à mes nausées permanentes

needhelp44 - 5 oct. 2018 à 13:38 - Dernière réponse : DCI 65810 Messages postés mercredi 30 avril 2008Date d'inscriptionModérateurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention
- 7 oct. 2018 à 23:46
Bonjour,
Depuis un peu plus d'une semaine j'ai des nausées, sans jamais vomir. je n'ai pris du Vogalene qu'une fois, un matin où je me sentais encore plus nauséeuse que d'habitude.

Il y a 3 deux semaines j'ai eu de gros problèmes de famille, qui se sont plus ou moins résolus il y a quelques jours. Cela n'empêche pas que je sois très stressée et angoissée tout le temps, mon seul moment de répit étant le sommeil, aussi bien pour les nausées que pour l'angoisse.

J'ai eu des relations sesscuelles, mais toujours protégées, et j'ai eu mes règles avec un cycle normal.

Il y a 2 semaines j'ai arrêter de fumer. J'ai fumé pendant environ 2 semaines (des Malboro), à raison d'à peu près 3 ou 4 par jours. Je le précise car je ne sais pas si cela peut avoir son importance.

Il y a 1 semaine à peu près, j'ai acheté une cigarette électronique, ne supportant pas cette coupure si brutale, mais avec du produit à 0mg de nicotine. Il y a 4 jours, me sentant mal sans la nicotine, et parce que j'ai entendu dire qu'un sevrage brutal de nicotine pouvait entraîner une perte d'appétit(c'est mon cas) et des nausées sans vomissements, j'ai acheté du produit à 3mg de nicotine (à peu près la même dose qu'une cigarette(blonde) ). Je n'ai vu aucun changements et j'ai toujours des nausées sans vomissements.

Si l'un(e) d'entre vous avait des réponses à mes questionnements sur ce problème de santé qui m’empêche de vivre normalement ces derniers temps je serais ravie de vous écouter...! Merci d'avoir lu ce pavé en tout cas ;-)

PS : j'ai tout juste 15 ans, cela à peut-être son importance...
S.
Afficher la suite 

Votre réponse

5 réponses

DCI 65810 Messages postés mercredi 30 avril 2008Date d'inscriptionModérateurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention - 5 oct. 2018 à 13:58
0
Merci
Bonjour,

Selon tes propos, il semblerait qu'il faille, en priorité, s'accuper du contexte anxieux. Celui ci est très souvent responsable de manifestations digestives : nausées, vomissements, douleurs gastriques, douleurs abdominales...etc...

Et concernant le tabagisme, il n'y a aucun inconvénient à stopper brutalement l'intoxication, surtout lorsqu'il s'agit d'un tabagisme relativement récent pas encore susceptible d'entrainer une véritable dépendance. Le tabagisme reste un fléau et il ne faut surtout pas hésiter à "se faire un peu mal" pour le stopper définitivement.
Publi-information
Merci de vos conseils :) je veillerai à calmer mes angoisses pour voir si cela améliore ou résout mon problème ;)

Pour le côté tabagisme, je tabagisme ions à préciser que avant il y a un mois ou où j'ai fumer, j'avais déjà fumer avant et réussi à presque arrêter donc j'étais déjà "accro" à la nicotine :)
DCI 65810 Messages postés mercredi 30 avril 2008Date d'inscriptionModérateurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention - 6 oct. 2018 à 12:57
A 15 ans et avec la consommation que tu précises, on ne peut pas évoquer la notion "d'accro" ! Celle ci n'intervient que plus tard et avec une consommation nettement supérieure à la tienne.
Vous voulez les dosages de quand je fumais entre 12 ans et demi et 14 ans? :)
J'avais en effet une consommation nettement supérieure... je fumais presque un paquet/jour (en fonction des jours) et ce pendant un an et demi, j'ai arrêter grâce à des matchs de nicotine, que j'utilisais pendant toute la période où je n'ai plus fumer, quand j'ai repris j'ai laisser les patchs, et pendant les 2 semaines je n'ai pas utiliser de patchs du tout, j'étais super mal etc mais j'ai voulu tenir le coup, mais je n'ai pas réussi
Commenter la réponse de DCI
DCI 65810 Messages postés mercredi 30 avril 2008Date d'inscriptionModérateurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention - 7 oct. 2018 à 23:46
0
Merci
Il ne faut pas hésiter à se donner des coups de pied au Q pour réussir un sevrage et d'y ajouter une aide extérieure si nécessaire, médecin traitant ou service d'addictologie (il y en a dans tous les hôpitaux).

A côté des substituts nicotiniques, certains traitements d'accompagnement peuvent être envisagés dans bon nombre de cas : depuis le bon vieux magnésium, jusqu'à un anti-dépresseur plutôt "relaxant", en passant par la phytothérapie (valériane, aubépine ...) ou par le recours prudent et limité dans le temps d'un anxiolytique.
Le jeu en vaut la chandelle car il ne faut pas oublier qu'un tabagisme persistant et à dose élevée finit par tuer...

J'ai été tabagique ++ pendant 35 ans. J'ai arrêté il y a presque 19 ans, et j'ai retrouvé assez rapidement une qualité de vie que je n'imaginais pas. Un membre de ma famille du même âge que moi, n'a pas eu la volonté d'en faire autant. Il a abouti à un cancer du poumon + une métastase cérébrale. Il est en rémission actuellement mais le pronostic reste très réservé.

NB : Ne pas oublier non plus les méga-économies réalisées vue le prix actuel du paquet de clopes...!!
Publi-information
Commenter la réponse de DCI
Publi-information