Syndrome d'excitation génitale permanent (ou persistant) [Résolu/Fermé]

- - Dernière réponse : DCI
Messages postés
71226
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 décembre 2019
- 25 avril 2016 à 18:19
Bonjour, j'ai 13 ans, non réglée, et depuis toute petite sans le savoir jusqu'a présent, je souffre (vous l'avez deviné) du SEGP... Avant de me dire qu'il faut que j'en parle a mon responsable légal, sachez que j'en ai parlé à ma mère, qui ne peut malheureusement rien faire du tout mis à part poser la question a son gynécologue qu'elle verra d'ici l'année prochaine... sauf que actuellement, chaque heure qui passe est une torture. J'en peut plus, tout simplement. pendant un temps ça s'était calmé, je suis même allée jusqu'à croire que c'était parti, mais non, c'est revenu, avec même plus de persistance et de force que jamais... Alors j'en ai pour la première fois parlé a quelqu'un : ma meilleure amie, qui ensuite c'est vantée sans ce rendre compte de ce qu'elle disait, que elle elle arrivait à le maitriser, elle disait que c'était du désir et que elle ça fesait longtemps qu'elle avait trouvé des astuces pour que ça passe... genre faire des mouvements de vas et viens avec son bassin dans son lit...etc... Tout essayé... Rien à marché, ça empirait même les chose. J'en suis venue à croire que c'était normal, et que c'était juste que je ne le maitrisait pas, jusqu'à ce que je me retrouve a pleurer tellement j'avais envie de m'arracher le vagin de toute mes forces. C'est tellement puissant, et je suis tellement impuissante... alors j'en ai parlé à ma mère et elle à pris un rendez-vous avec son gynéco...
J'en peut j'en peut plus j'en peut plus.. J'en peut plus !!! quand je suis toute seule et que ça arrive puissamment, je hurle à m'en défoncer la gorge, si fort que j'ai l'impression d'en saigner, mais je m'en fous, comme douleur ce n'est rien part rapport à cette chose...
Durant un mois j'ai vraiment fait attention à ce syndrome, et j'ai découvert que ça m'arrivait dans n'importe quelles conditions sans stimulations, (c'est d'ailleurs ce qui à permis de l'identifier), et j'ai aussi découvert que ça ne m'avais jamais quitté. C'été juste qu'au bout de 13 ans, quand c'est plutôt faible, on s'y habitue... Je venais enfin de découvrir pourquoi mes parents disent qu'il me faudrait une boule-enti-stress... c'est un peu comme... une envie pressante naturelle... On gigote dans tout les sens pour... disons... se contenir, et bien là c'est pareil, mais différent... Rien que là quand j'écris je suis en train de contracter mes orteils, si vous voulez tout savoir...
Bref, tout ça pour vous demander si il existe un traitement efficace, mais d'après ce que j'ai lu, rien n'est vraiment utile... Ou une technique quelconque pour éviter que cette chose de me pourrisse d'avantage la vie.
Merci ne serais que d'avoir lu !
Afficher la suite 

2 réponses

Messages postés
81623
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 décembre 2019
7900
0
Merci
Bonjour,
Je suppose que tu as déjà lu ceci :
http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/36566-syndrome-d-excitation-genitale-persistante-definition
Voir donc avec le gynécologue mais aussi peut être un médecin psychiatre, le stress peut être responsable, un psychiatre pourra aussi t'aider dans ce sens, voire prescrire un traitement qui t'aiderais.
Publi-information
Messages postés
71226
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 décembre 2019
15754
0
Merci
Bonjour,

Si l'on tient compte des travaux scientifiques faisant autorités dans ce domaine, il semblerait que la jeune Lolalex ne soit pas vraiment concernée par ce syndrome.

Un extrait d'une publication Française faisant référence à ces travaux

=> Il s’agissait de patientes de tout âge. Les questionnaires Internet rapportaient un âge moyen allant de 35 à 42ans avec 54,8 % des patientes non ménopausées, 29,8 % ménopausées et 12,9 % en périménopause [7,12]. Les séries rapportées par Waldinger [13,14] retrouvaient un âge moyen variant de 53,7±9,7 (30–72) ans à 54,3±10,5 (32–77) ans comprenant 65 à 67 % de patientes ménopausées. Pour les patientes ménopausées, la durée médiane entre le début de la ménopause et l’apparition des symptômes étaient de quatre ans. La plupart des patientes étaient en couple depuis longtemps avec une durée moyenne de 16ans pour les questionnaires Internet et de 22,2±13,5ans pour une des séries cliniques de Waldinger [7,14]. Les questionnaires Internet retrouvaient une forte prévalence de patientes présentant des antécédents psychiatriques tels que la dépression (45 à 55 %), des troubles anxieux (31,6 à 35 %), des troubles obsessionnels compulsifs (24 %) ou bien encore des troubles de l’alimentation (8 %).

Document complet ici => http://www.urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/le-syndrome-dexcitation-genital-permanent-revue-de-la-litterature.html
Publi-information
bonjour ! merci de votre réponss, mais je ne suis pas sure du tout d'avoir compris les chiffres...
Esqu'il serais possible d'avoir une traduction ?
Si il vous plait ?
DCI
Messages postés
71226
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
8 décembre 2019
15754 > lolalex -
Il suffit de lire attentivement.
A priori, tu n'es pas concernée par le SEGP.
Ta "problématique" relève donc d'une autre cause ou d'une autre explication.