Problèmes urinaires... Psychologique?

Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 1 juin 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
27 juin 2013
-
Messages postés
125823
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
-
Bonjour à tous,

je suis un jeune homme de 23 ans, et j'ai de nombreux problèmes pour uriner depuis des années.

Je ne sais pas trop s'il faut poster ce topic dans le forum Santé ou Psychologie. Je le poste ici dans le doute.

Il semble que j'ai toujours rechigné (d'après ma mère) à uriner dans les lieux publics : à l'école les enfants s'amusaient à ouvrir les portes quand on urinait, ce qui faisait que je me retenais toute la journée pour uriner le soir chez moi. Par la suite, j'ai également vu des scènes assez traumatisantes au collège : les toilettes des garçons étaient immenses, grandes ouvertes (le hall avec tous les enfants donnaient sur les pissotières), et j'ai vu des garçons "s'amuser" à donner des coups de pieds à d'autres qui urinaient debout (certains pouvaient se prendre la faïence, d'autres s'uriner partout dessus, etc.).

Depuis quelques années, il m'est très difficile d'uriner dans les lieux publics. En fait, si je sens un quelconque stress, une quelconque attente, alors rien ne sort. Je peux avoir une envie folle, mais impossible d'uriner. La pire des situations pour moi c'était lors des très longs voyages familiaux et que mon père me disait "Pause pipi 5 minutes, y aura pas de pause avant 5 heures. C'est maintenant ou jamais".
Un jour alors que j'étais ivre j'ai essayé pendant 20 minutes d'uriner, puis me disant que j'irai le lendemain, je me suis retrouvé à m'uriner dessus en pleine nuit (je ne sais pas si c'est particulièrement du à l'alcool).

Depuis, je dois aller uriner tout le temps avant de me coucher. Le problème c'est que c'est long... très long... parfois je peux rester une demi-heure voire une heure assis sur les toilettes à attendre. Si j'essaie de pousser, c'est pire. Il faut que j'attende que mes sphincters se détendent. Le problème c'est qu'il m'arrive d'aller uriner, d'attendre une demi-heure, de réussir, puis d'avoir à nouveau envie dès que je reviens dans le lit... J'ai parfois fait des nuits quasi-blanches à cause de cela, ça empiète sur mon sommeil.

Je suis allé voir un urologue pour tester un peu tout ça... On me demande de venir la vessie pleine, et évidemment je n'arrive pas à uriner pour le test de l'urologue. Très gentil, il me rassure. La prostate n'a pas de souci, peut-être que des problèmes psychologiques ont pu se transformer avec le temps en de vrais blocages physiques. Mes sphincters se contracteraient au moment où il faudrait normalement qu'ils se détendent pour laisser l'urine passer. J'ai du subir un bilan urodynamique pour y voir plus clair. Je suis arrivé la vessie pleine, j'avais tellement envie d'uriner que l'infirmière a du avancer le rendez-vous. Et évidemment, impossible d'uriner (j'avais l'air malin). Le bilan urodynamique s'est très mal passé, la douleur était telle que j'ai fait un malaise vagal (j'ai failli tomber dans les vapes), et que l'examen a du être interrompu (j'ai donc subi cette horreur pour rien, puisque l'infirmière me dit que les résultats ne seront pas exploitables). J'ai fondu en larmes une fois l'examen terminé, j'ai trouvé ça très traumatisant. L'urologue m'a donné un médicament initialement pour la prostate (Omexel), qui devait m'aider à me détendre un peu (ce qui n'a pas fonctionné et m'a coupé toute éjaculation, j'ai vite arrêté), et m'a envoyé vers une kinésithérapeute spécialiste de ce genre de troubles.

J'ai fait quelques séances, ça m'a plutôt aidé, mais je ne peux pas continuer financièrement. Ce n'est pas entièrement remboursé, et mon budget d'étudiant ne peut pas assurer deux séances par semaine (!).

Récemment, je me suis rendu compte d'un autre problème: depuis quelques années je m'assois toujours pour uriner. Je me disais que c'était plus simple que d'attendre debout (fatiguant). En réalité je me suis rendu compte que je ne peux quasiment plus (ou alors dans certains contextes rares) uriner debout. En effet, je ne peux plus uriner sans en même temps aller à la selle. Même si je n'ai pas envie d'aller à la selle, lorsque je "pousse" pour uriner, en réalité je pousse dans les deux zones, de manière indistincte. Je n'arrive plus à faire la différence... J'ai cherché sur internet, mais je n'ai rien trouvé à ce sujet (même pas un topic). Peut-être ai-je mal cherché.


Je ne sais pas trop quoi faire étant donné que financièrement je me vois mal aller voir la kiné ou aller voir un-e psy pour en parler.


Quelqu'un aurait-il également ce genre de problèmes ? Je précise que je n'ai pas de problème sexuel associé à ces troubles.

Je vous remercie beaucoup de m'avoir lu. :)

1 réponse

Messages postés
426
Date d'inscription
vendredi 26 avril 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
6 juillet 2016
78
Salut !

J'ai le même problème : Blocage s'il y a du monde à côté !


..
Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 1 juin 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
27 juin 2013

Merci pour ta réponse... C'est toujours rassurant de savoir qu'on n'est pas seuls dans ce cas... :)
Salut,
Idem pour moi (24 ans).
Pendant toute mon enfance j'attendais vraiment longtemps avant d'uriner. C'était une mauvaise habitude et ça ne me dérangeait pas. Et je n'avais aucune envie pendant la nuit.
Par contre depuis quelques années, je n'arrive pas à larguer une goutte si il y a des gens autour de moi (exemple : urinoirs de toilettes publiques). Et je suis obliger de me lever tôt le matin/la nuit pour aller au toilettes.
Ces derniers temps ça a empiré, dès que je bois un café j'ai envie d'uriner dans la demi heure et si je n'y vais pas j'ai l'impression que ma vessie va exploser et j'ai l'impression que je vais m'évanouir.
Je ne sais pas si s'est psychologique, mais pour réussir à uriné je lis (graffitis au mur ou marques des toilettes) ou pense à un truc pour détourner mon attention, et ça fonctionne.
Dans l'ensemble, c'est plus marqué dans certain lieux que d'autres. Par exemple, chez moi ça peut aller (mais galère tout de même), alors que au boulot c'est l'horreur...
J'essaye de boire suffisamment d'eau pour le bon fonctionnement des reins et à manger des fibres (oignons) pour la rétention mais ça ne change pas grand chose.
je suis une dame qui a des ennuis de pipi la nuit environ tout les demi heure a une heure l'urologue me dit que c'est spychique qui aller voir un spugologue ou un spychiatre
Messages postés
125823
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
25 190 > bisou
L'urologue a certainement raison. et un médicament comme le Laroxyl pourrait t'aider
Tu peux prendre RDV chez un psychiatre en libéral consultation de 46,70 € remboursée mais il peut il y avoir dépassement d'honoraire par la suite en cas de psychothérapie, à voir, c'est au cas par cas et selon les revenus
Tu peux aussi prendre RDV dans un CMP ( Centre Médico Psychologique ) proche de ton domicile, service public, gratuité des soins, aucune avance d'argent. Il y a là des équipes pluri disciplinaires, psychiatres, psychologues, infirmiers(es) psychiatriques, assistante sociales etc..., mais les délais peuvent être longs .
https://www.annuaire-inverse-france.com/e635-centre-medico-psychologique
NB: A ce jour, les consultations chez les psychologue libéraux ne sont pas remboursées, mais le seront à partir de 2022, sur prescription médicale, à hauteur de 30 à 40 euros, à partir de 2022. Donc, ces consultations devront être prescrites par ton médecin traitant habituel.