Problèmes décalotage - 14 ans

Fermé
Tom !
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 3 janvier 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
3 janvier 2013
- Modifié par Tom ! le 3/01/2013 à 17:51
 Julien - 11 mai 2014 à 22:35
Bonjour,

Je suis un jeune garçon de 14 ans, et j'ai besoin de vos conseils...

Alors voilà, mon histoire est longue je sais, mais c'est très important pour moi :

Il y'a très longtemps, quand j'étais plus jeune (je ne sais pas vraiment quel âge mais moins de 5 ans je pense), mes parents ne pouvaient pas me décaloter, et ont donc été voir un urologue. Celui-ci a beaucoup forcé sur la peau et m'a fait hurler de douleur, ce qui m'a d'ailleurs laissé une cicatrice sur le gland... Ensuite nous avons été chez des médecins et d'autres urologues, et leurs métodes ont marchées (daquin dans la baignoire par exemple). J'ai aussi été opéré de je ne sais pas quoi, je ne me rappelle plus, je crois que c'était l'équivalent d'une cironcision car le problème était revenu. Mais voilà, depuis environ 2 ans, voir plus, je n'arrive plus du tout à me décaloter au repos, et ni en érection. Ceci est grave pour mon hygiène, car je ne peux pas le laver correctement, même pas du tout. Il y'a des jours ou j'arrive à le décaloter jusqu'à la moitié, mais ça me fait très mal. Il m'est impossible de toucher mon gland car celà me fait mal, ça me brûle. Mon prépuce est long en plus, et donc je ne peux par exemple pas uriner debout, car une petite poche se forme dans mon prépuce et la trajectoire du jet est déviée, et lors d'une éjaculation, une grosse goutte se forme et coule au lieu d'être propulsée.


Et souvent aussi, du sperme (je suppose) coule sans raison de mon sexe, surtout la nuit, ou des fois même en journée, quand j'ai mal au prépuce, qu'il gonfle et devient rouge.

Tout ceci est-il grave par exemple pour ma séxualité ? Le médecin avait dit à ma mère que si celà revenait ça pourrait poser des souçis lors de mes premiers rapports sexuels, et je m'inquiète, car je ne veux pas en parler à mes parents, ni leurs montrer mon pénis, car j'en ai honte et suis un peu compléxé par sa taille et l'absence de poils pubiens...


Désolé de vous avoir dérangé, mais celà compte vraiment pour moi, et j'aimerais avoir une réponse s'il-vous-plaît. Merci de votre lecture.

Tom

2 réponses

Thorsen31
Messages postés
47
Date d'inscription
samedi 5 juillet 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
3 janvier 2013
61
Modifié par Thorsen31 le 3/01/2013 à 17:56
Salut Tom,

Merci d'avoir pris le courage d'exposer ici ton problème.
Je te préviens, à question longue, réponse longue. ;)

Je vais te donner mon avis de jeune adulte :
1. Essaye d'en parler en à tes parents. C'est difficile d'aborder le sujet, je sais bien, on est pas tous élevé dans un milieu où on parle librement de sexe, mais tes parents ne te jugent pas. Ca ne ressortira pas à un repas de famille ou sur le pas de porte avec la voisine ! En plus, ils se souviennent surement que vous avez déjà consulté pour ça.

2. A 14 ans tu peux tout à fait aller voir ton médecin sans que tes parents le sachent. Et à moins que quelque chose de grave soit découvert, ton médecin a le devoir de garder le secret médical et n'informera pas ta famille. Concernant la facturation de la consultation "secrète", pense à le lui demander.
Je te propose ceci : téléphone à son cabinet et expose les grande lignes : j'ai 14 ans, j'aimerais poser des questions sur la sexualité et je crois que j'ai un problème, mais je veux pas que mes parents le sachent, est-ce que c'est possible ? comment la consultation sera facturée dans le secret ?

Moi je ne connais pas ce problème, et je ne peux pas me mettre à ta place évidemment. Mais je crois que tu ne dois pas dramatiser. La durée de la puberté varie beaucoup d'un individu à l'autre. En général, les organes génitaux grandissent surtout avant 15-16 ans mais c'est une moyenne que je tire d'un bouquin, tout le monde est différent.
Je te dis ça car je me dis que ton problème pourrait s'arranger avec l'allongement de ton pénis mais c'est un peu simpliste comme vision.

En tout cas tiens nous au courant de tes préoccupation, et encore une fois : parle de ton problème à tes parents en premier lieu, et si ce n'est vraiment pas possible, à ton généraliste.

A bientôt,
Amicalement,
Thorsen31
7
Tom !
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 3 janvier 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
3 janvier 2013
1
3 janv. 2013 à 23:51
Merci beaucoup pour ta réponse rapide, utile et constructive (bien que longue comme tu dis ^^).
J'ai, comme tu dois t'en douter, déjà songé à en parler à mes parents. Mais le problème, qui n'en est surement pas vraiment un, est qu'ils m'avaient déjà dit de leur en parler, et j'ai laissé tout ça en plan... Étant donné l'impossibilité physique de nier les faits (par exemple que ça ne fait qu'un mois, vu l'état, c'est faux), j'ai peur de déclencher leur couroux insurmontable, :humourbienentendu:, et mon généraliste est dans un quartier un peu "hard" et loin de chez moi... Encore une fois merci, désolé pour la longueur, et à bientôt, Tom.
0