Jambes lourde et insomnie et autre??

Résolu
dy23 Messages postés 9 Date d'inscription jeudi 20 octobre 2011 Statut Membre Dernière intervention 22 octobre 2011 - Modifié par dy23 le 21/10/2011 à 00:31
begonie Messages postés 80999 Date d'inscription mardi 13 avril 2010 Statut Modérateur Dernière intervention 5 février 2023 - 22 oct. 2011 à 17:44
Bonjour,

voila plusieurs jour que je souffre de jambes lourde surtout le soir, des insomnies et des vertiges durant la journée. j'ai souvent la sensation d'avoir chaud puis froid ou inversement
cela devient pesant car je me sen fatiguer.en général je fini par m'endormir d'épuisement vers les 6 ou 8h du matin et je ne dort que 3h voir 4 h maximum.j'ai mal au dos frèquemment et je suis plus émotive que d'ordinaire également je suis triste ou pleure sans savoir vraiment savoir pourquoi

J'aimerais savoir votre avis et si quelqu'un a une idée de ce que je pourrais avoir.

merci
A voir également:

3 réponses

L'insomnie, tristesse, grande émotivité, parfois douleurs diffuses peuvent être les signes d'une dépression.
Ne restez pas ainsi et consultez votre généraliste, l'insomnie est épuisante.
0
dy23 Messages postés 9 Date d'inscription jeudi 20 octobre 2011 Statut Membre Dernière intervention 22 octobre 2011
21 oct. 2011 à 01:33
le truc c'est que tout va bien dans ma vie je suis super heureuse et tout mais la je sais pas quoi en penser
0
dy23 Messages postés 9 Date d'inscription jeudi 20 octobre 2011 Statut Membre Dernière intervention 22 octobre 2011
21 oct. 2011 à 01:36
est ce que cela pourrais venir d'autre chose car je ne pense pas etre en depression au contraire tt va bien j'ai une vie heureuse et tout
0
Pourquoi cette tristesse ? pourquoi ces pleurs ? parfois la dépression est réactionnelle à une ou des causes mais parfois aucune cause. Consulter tout de même, les symptômes de la dépressions sont nombreux et variés, peut être vous en avez d'autres sans le savoir.
0
Bonjour,

La dépression cause des insomnies, certes, mais cela a tendance à nous faire oublier (ainsi que parfois aux médecins) qu'à l'inverse les insomnies causent des dépressions ou des symptômes dépressifs (l'un influence l'autre et réciproquement). Ça paraît évident, mais c'est peu souvent envisagé dans ce sens par la médecine généraliste, et pourtant le bien-être est difficile (pour ne pas dire impossible) sans un bon sommeil. La fatigue chronique qui s'installe peut générer les symptômes que vous décrivez : émotivité, tristesse, sautes d'humeur, irritabilité, fatigue physique, essoufflement, douleurs liées au mauvais sommeil et bien d'autres, parfois même sans qu'on se sente fatigué (surtout dans les insomnies chroniques ou le mal-être devient "la norme").


L'insomnie peut elle aussi être un symptôme d'un "dérèglement" autre ou plus global, il vaut la peine de chercher de l'aide du côté des médecines holistiques, qui essaieront de voir le tout et de ré-équilibrer l'organisme (généralement du côté des médecins alternatives qui s'arrêtent moins au symptôme que la médecine occidentale "classique" plus sectorisée. P.ex médecine chinoise, acupuncture, etc.).
0
Concernant l'insomnie plus spécifiquement (et désolée pour ce long post) :

Attention aux somnifères. Les médecins spécialistes du sommeil ne vous les conseilleront généralement pas. Ils sont utiles pour une insomnie passagère (avant un entretien d'embauche, pour dormir en avion, etc.), mais ne traitent pas les insomnies installées et induisent un risque de dépendance (d'autres molécules peuvent être envisagées dans les anti-dépresseurs ou neuroléptiques en très faibles dosages).
Personnellement, je vous conseille d'essayer en premier lieu une "ré-éducation du sommeil" telle que ce que proposent les centres spécialisés de recherche sur le sommeil :

Vous ne dormez pas la nuit et vous endormez d'épuisement vers le matin, le classique des insomniaques dont le système veille ne diminue pas pendant la nuit. A la longue, votre cerveau enregistre qu'il est normal d'être réveillé la nuit (il suffit parfois d'une semaine de mauvais sommeil pour un stress quelconque et l'insomnie est installée même quand le stress a disparu depuis longtemps).
Essayez de réduire le nombre d'heure passées au lit. Ça paraît paradoxal, mais voilà l'idée : en ne vous couchant que quelques heures par nuit et à horaires fixes (p.ex. minuit-5h), votre organisme n'aura au bout d'un certain temps pas d'autre choix que de lâcher le système veille et vous finirez par vous endormir (d'épuisement au début, comme vous le faites actuellement le matin).
En répétant cette plage horaire pendant un certain temps, votre cerveau réapprendra le lien lit-sommeil et vous pourrez progressivement augmenter cette tranche horaire en fonction de vos besoins.

J'ai testé moi-même cette méthode. Quand on m'a proposé de "dormir moins" , moi qui ne dormais déjà pas, j'ai cru rendre l'âme :-), mais en notant mes heures de sommeil pour 8h passées au lit, je me suis rendue compte qu'elles ne dépassaient pas les 3h et qu'elles consistaient en plusieurs "morceaux" de mauvais sommeil.
En réduisant le temps de coucher, je tombais d'épuisement les premiers jours et je crevais d'envie de me coucher plus tôt et de rester au lit le matin. Difficile même de garder les yeux ouverts le soir (lumière, musique, etc.). Mais peu à peu, je me suis couchée et endormie dans les 10minutes. Et peu à peu, j'ai dormi avec de moins en moins de phases de réveil entre deux phases de sommeil, jusqu'à dormir 5h d'affilée. Et là je vous jure que je me sentais 100 fois mieux avec 5h de bon sommeil qu'avec 8h passées au lit à ne pas ou mal dormir et que moi qui me croyait dépressive, j'ai recommencé à vivre.
Après 3ans à dormir une nuit sur 4 et à essayer tous les somnifères possibles, je n'aurai pas cru que l'aide la plus efficace serait aussi "simple". (L'idée est on ne peut plus simple, mais il faut tenir bon, surtout au début. A cela s'ajoute les "habituels" des troubles du sommeil : éviter les siestes, ne pas s'installer dans son lit pour autre chose que dormir, garder un horaire régulier, éviter télévision et ordinateur avant le coucher, etc.)



Tout ceci ne vous empêche bien sûr pas de chercher en parallèle la cause de ce mal-être. Les insomnies usent physiquement, moralement et socialement. La dépression idem. Et l'un va souvent avec l'autre.
Je vous souhaite de retrouver rapidement la forme.
0