Myoclonies – symptômes, causes et traitement

Posez votre question
Les myoclonies sont des mouvements brefs, soudains et involontaires déclenchés par le système nerveux et aux causes variées. Ces secousses sont localisées ou affectent un seul groupe de muscles.



Symptômes

La myoclonie se caractérise par un mouvement bref et soudain. « La durée de la contraction est généralement de dix à 50 millisecondes et dépasse rarement plus de 100 millisecondes », estime le Professeur Stéphane Auvin (AP-HP, service de neurologie pédiatrique). Pendant ce laps de temps très bref, un muscle ou un groupe de muscles se contracte dans un mouvement qui peut évoquer une réaction de sursaut.
Les sursauts myocloniques peuvent aussi se produire de façon répétitive, en succession rapide. Ils se produisent spontanément ou font suite à un stimuli extérieur soudain : un bruit, une lumière, un mouvement.
L’une des formes de myoclonie les plus connues est le hoquet.

Causes

Les myoclonies peuvent être physiologiques et se produire lors de l’endormissement. Elles sont alors isolées. Elles entraînent parfois une sensation de chute dans le vide et provoquent généralement le réveil. Elles se manifestent aussi à la suite d’un effort intense, ou en réaction à une surprise.
Dans certains cas, les myoclonies sont le symptôme d’une pathologie (myoclonies secondaires). Elles sont liées à une hypoxie, une insuffisance hépatique ou rénale, à une carence en minéraux ou en vitamines. Elles peuvent aussi être associées à une épilepsie, à une maladie neurodégénérative (Parkinson, Alzheimer, Creutzfeld-Jakob, chorée de Huntington), à une maladie infectieuse ou à des troubles convulsifs. Une lésion cérébrale causée par un virus ou un arrêt cardiaque peut également entraîner l’apparition de myoclonies
Certains médicaments antihistaminiques, antidépresseurs ou opioïdes pris à forte dose provoquent des myoclonies.

Diagnostic

Le diagnostic est clinique. Après un premier examen médical, des examens complémentaires sont le plus souvent demandés pour identifier ou éliminer les causes des myoclonies secondaires : analyses de sang, IRM et électroencéphalographie (EEG).

Traitement

La prise en charge des myoclonies secondaires repose sur le traitement de la pathologie dès qu’elle est identifiée. Lorsque les mouvements sont provoqués par un médicament, sa prise doit être arrêtée sur avis médical.
Un traitement symptomatique peut également être prescrit afin de réduire l’intensité ou la fréquence des contractions.

Sources


À lire également

Myoclonie – définition

Crédits photo : © ALDECAstudio - Fotolia.com
Pierrick Horde

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du docteur Pierrick HORDE, directeur éditorial de Santé-Médecine et du Particulier Santé.

Santé médecine.net Le Particuler Santé
Publi-information

Publié par sante-medecine. Dernière mise à jour le 20 décembre 2018 à 11:09 par sante-medecine.

Ce document intitulé « Myoclonies – symptômes, causes et traitement  » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.fr) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.