Syndrome de lyse tumorale - causes et prise en charge

Posez votre question
Le syndrome de lyse tumorale (SLT) est une complication de la décomposition brutale de cellules cancéreuses. Ses symptômes sont d’ordre rénal, cardiaque et parfois neurologique.



Causes et facteurs de risques

Le syndrome de lyse tumorale désigne un ensemble d’effets indésirables liés à la destruction massive de cellules cancéreuses. Celles-ci libèrent leurs composants en quantité supérieure aux capacités d’élimination des reins, avec de graves conséquences pour le pronostic vital. Le SLT concerne surtout les tumeurs à temps de doublement rapide et de haut grade : lymphomes malins, leucémies aiguës myéloïdes.
Le syndrome de lyse tumorale survient plus souvent à la suite d’une chimiothérapie, mais il peut aussi se manifester spontanément, ou après un traitement par radiothérapie. Le principal facteur prédisposant est l’insuffisance rénale. Le risque de SLT est également accru en cas d’importante masse tumorale.

Symptômes et diagnostic

Les critères de diagnostic du SLT tiennent compte de manifestations biologiques : baisse du taux de calcium dans le sang (hypocalcémie) et/ou augmentation des taux de phosphate, de potassium et d’acide urique (hyperphosphatémie, hyperkaliémie et hyperuricémie). Selon la classification de Cairo-Bishop, deux anomalies doivent être observées au minimum pour affirmer un diagnostic de syndrome de lyse tumorale biologique. Le SLT est dit clinique si les critères biologiques sont associés à au moins un autre symptôme : insuffisance rénale aiguë, troubles du rythme cardiaque, convulsions (rares).

Prévention

Le traitement préventif du syndrome de lyse tumorale fait partie intégrante de la prise en charge : il est administré systématiquement chez les patients à risque avant la mise en œuvre d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie. Il repose en premier lieu sur une hyperhydratation voire des diurétiques pour maintenir une diurèse suffisante. La prévention du SLT passe aussi par l’arrêt des apports en phosphate, calcium et potassium.
En cas de risque majeur de SLT, des mesures supplémentaires sont prises pour prévenir ou traiter une hyperuricémie.

Traitement

Le traitement d’un SLT implique une hospitalisation et une surveillance étroite du patient. Les mesures curatives dépendent des anomalies observées : correction d’une hyperuricémie, d’une hyperphosphatémie, d’une hyperkaliémie et/ou d’une hypocalcémie. Un ECG peut également être nécessaire en cas d’hyperkaliémie. En parallèle, l’hyperhydratation reste indispensable quels que soient les symptômes observés.

Pour aller plus loin

Syndrome de lyse tumorale (SLT), OMéDIT Centre-Val de Loire

À lire également

Syndrome de lyse tumorale - définition

Crédits photo : © DTKUTOO - Fotolia.com
Pierrick Horde

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du docteur Pierrick HORDE, directeur éditorial de Santé-Médecine et du Particulier Santé.

Santé médecine.net Le Particuler Santé
Publi-information

Publié par sante-medecine. Dernière mise à jour le 17 août 2018 à 10:38 par Docteur Pierrick Hordé.

Ce document intitulé « Syndrome de lyse tumorale - causes et prise en charge » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.fr) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.