Varicelle périnatale - traitement et prévention (Réseau Sécurité Naissance)

Posez votre question
Le Réseau Sécurité Naissance décrit la conduite à tenir en cas de varicelle périnatale. Les risques et les stratégies de prise en charge dépendent de l’âge de la contamination.



Risque maternel

Chez l’adulte, les cas de varicelle sont généralement plus graves, avec un risque important de pneumopathie varicelleuse en particulier chez la femme enceinte. Le troisième trimestre de grossesse est considéré comme un facteur de risque de sévérité.
Les autres complications comme la méningite, l’hépatite biologique et la surinfection ne surviennent que dans de rares cas.

Risque fœtal/néonatal

Le virus varicelle-zona (VZV) peut être transmis pendant toute la durée de la grossesse, avec un niveau de risque variable selon le moment où la contamination a lieu.
En cas d’infection maternelle contractée jusqu’à 20 semaines d’aménorrhée, le risque de syndrome de varicelle congénitale est estimé entre 1 et 2%. Il peut cependant entraîner de sérieuses complications comme le retard de croissance intra-utérin.
Jusqu’à 3 semaines avant l’accouchement, le risque est considéré comme extrêmement faible.
Le risque de transmission est maximal si l’infection a lieu entre cinq jours avant et deux jours après l’accouchement. Au cours de cette période, il est fréquent d’observer des formes graves de varicelle néonatale, avec des risques de décès du nouveau-né en l’absence de prise en charge.

Prise en charge d’un contage varicelleux

Après un contage (contact avec un individu infecté, d’une durée de cinq minutes en face à face ou d’une heure dans la même pièce), le taux de contamination est estimé entre 60 et 90%.
La conduite à tenir dépend de la protection ou non de la patiente contre le VZV : si elle a déjà contracté la varicelle ou si elle a déjà reçu les deux doses de vaccin. En l’absence d’immunisation, il est recommandé de demander une sérologie maternelle en urgence.
À la suite d’un contage datant de moins de quatre jours, le traitement repose sur des immunoglobines spécifiques avec une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) pour réduire le risque de morbidité maternelle.
Une vaccination post-partum est préconisée en l’absence de survenue de la varicelle.

Prise en charge d’une varicelle - versant maternel

Le traitement maternel est à administrer dans les 24 heures, peu importe le terme de la grossesse. Il est recommandé de privilégier une consultation en ville plutôt qu’à la maternité.
En présence de complications, l’hospitalisation est recommandée hors maternité.

Prise en charge d’une varicelle - versant fœtal

Avant 20 semaines d’aménorrhée, il est envisageable de réaliser une amniocentèse face à des signes repérés à l’échographie. Une surveillance échographie orientée est également requise tous les mois.
En l’absence de signe prénatal, il est surtout important de rassurer la patiente.
Si l’infection a lieu entre 20 et 36 semaines d’aménorrhée, la surveillance du fœtus n’est pas nécessaire.
Après 36 semaines, un traitement maternel doit être administré pendant huit à dix jours, en évitant si possible la naissance dans la semaine qui suit l’apparition des lésions cutanées.
Pendant le séjour à la maternité, il est recommandé d’isoler la mère et l’enfant, mais pas de les séparer.

Prise en charge néonatale

Si l’éruption cutanée est survenue chez la femme enceinte entre 21 et sept jours avant la naissance, la prise en charge repose sur une surveillance de du nouveau-né. Le traitement médical n’est requis qu’en cas d’éruption observée chez le nourrisson.
Toute éruption cutanée maternelle apparue entre sept jours avant et sept jours après la naissance implique une hospitalisation du nouveau-né en soins intensifs et un traitement spécifique. L’allaitement est possible si le mamelon ne comporte pas de lésions.
Une sérologie doit être demandée en urgence chez la mère pour tout contage ayant eu lieu entre deux jours et 28 jours après l’accouchement. Si la mère n’est pas immunisée, la prise en charge requiert un traitement du nouveau-né et une vaccination de la patiente.
Dans le document, le Réseau Sécurité Naissance décrit également les dispositions à prendre pour les nouveau-nés prématurés et exsanguino-transfusés.

Prévention : recommandations vaccinales en périnatalité

Le Réseau Sécurité Naissance rappelle les recommandations vaccinales en vigueur. Aussi la vaccination contre la varicelle est-elle préconisée pour les femmes en âge de procréer n’ayant jamais eu la varicelle ou dont les antécédents sont incertains.
Il est contre-indiqué de se faire vacciner pendant la grossesse, et mieux vaut éviter de concevoir dans le mois suivant une vaccination.

Source

Varicelle périnatale, référentiel du Réseau Sécurité Naissance

Crédits photo : © Piotr Adamowicz - Fotolia.com
Pierrick Horde

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du docteur Pierrick HORDE, directeur éditorial de Santé-Médecine et du Particulier Santé.

Santé médecine.net Le Particuler Santé

Publié par sante-medecine. Dernière mise à jour le 30 juillet 2018 à 09:17 par sante-medecine.

Ce document intitulé « Varicelle périnatale - traitement et prévention (Réseau Sécurité Naissance) » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.fr) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.