Multimorbidité - prise en charge par le médecin généraliste (Académie Nationale de Médecine)

Posez votre question
L’Académie Nationale de Médecine livre ses propositions de prise en charge des patients présentant plusieurs maladies chroniques. Les recommandations visent à préserver la qualité de vie des malades et à limiter le risque d’interactions médicamenteuses.



Introduction

La multimorbidité est généralement définie comme « la co-occurrence de plusieurs maladies chroniques chez le même individu sur la même période » sans que l’une d’entre elles ne prédomine.
Les maladies chroniques comme le diabète, les affections cardio-vasculaires, l’asthme, le cancer ou encore la dépression ont toutes des répercussions sur la vie du patient, qu’elles soient d’ordre psychologique, social ou économique.

Données épidémiologiques

Les données relevées par l’Académie font état d’un accroissement de la population des personnes âgées de plus de 65 ans : elles pourraient représenter 26,2% des Français à l’horizon 2050 si les tendances actuelles se maintiennent.
L’espérance de vie des individus de plus de 65 ans progresse, tandis que l’espérance de vie sans incapacité à la naissance se stabilise.

Prévalence et conséquences de la multimorbidité

L’Académie s’appuie sur une enquête INSEE-Credes sur la santé et les soins médicaux pour mettre en évidence une plus grande fréquence de la multimorbidité chez les personnes âgées : respectivement 93% et 85% des plus de 70 ans souffrent de deux ou de trois maladies. Les affections les plus souvent observées sont d’ordre cardio-vasculaire ou ostéo-articulaire. D’après le rapport « charges et produits de l’Assurance Maladie » (2014), les combinaisons de plusieurs pathologies chroniques pour un seul et même patient sont de plus en plus répandues.
Actuellement, la polypathologie chronique est reconnue comme une affection de longue durée (ALD 32). Celle-ci ne tenant pas compte des multiples contraintes thérapeutiques liées à la nécessité de convoquer plusieurs avis spécialisés, l’Académie préconise la création de l’ALD 33, plus spécifique.

Prise en charge des malades atteints de multimorbidité

La prise en charge de la plupart des patients concernés par une multimorbidité s’organise selon une logique de « maladie unique » : en appliquant les recommandations propres à chaque maladie. Non seulement cette approche complexifie la charge de travail des médecins généralistes (prescription de plusieurs traitements et consultations plus fréquentes), mais elle implique aussi un plus grand risque d’interactions médicamenteuses. Or, la iatrogénie impacte l’état de santé des patients et génère des hospitalisations souvent évitables.
Pour une prise en charge plus efficace des patients atteints d’une multimorbidité, l’Académie de Médecine recommande d’y intégrer les aspects humains, techniques et financiers. En pratique, il convient avant tout d’évaluer le retentissement des différentes maladies sur le quotidien des patients, et de tenir compte de leurs conditions de vie. Une meilleure complémentarité entre généraliste et spécialistes doit aussi faire partie du dispositif, les spécialistes assurant un rôle consultatif et la prescription finale revenant au généraliste. Ce, en partageant les informations (dossier médical partagé) et en coordonnant les actions des différents professionnels impliqués.
L’Académie relève aussi l’importance de la notion de hiérarchie dans les priorités de soins. Elle propose aux médecins de fixer avec leurs patients des objectifs réalisables, et d’organiser sur la durée un réaménagement de leur quotidien en parallèle des traitements. La coordination des différents professionnels est également indispensable pour lutter contre la surmédicalisation (prévention quaternaire).

Recommandations de l’Académie Nationale de Médecine

Parmi ses recommandations, l’Académie propose la définition de l’ALD 33 pour les cas relevant d’une multimorbidité lourde : « Polypathologies majeures chroniques nécessitant des consultations complémentaires et répétées de plusieurs spécialistes ». La décision de placer un patient en ALD 33 pourra revenir au médecin conseil de l’Assurance Maladie sur demande du généraliste.
L’Académie préconise également la mise en place d’un cadre réglementaire spécifique où le médecin généraliste (ou médecin référent) est le seul prescripteur d’une ordonnance coordonnée prise en charge par l’Assurance Maladie.

Source

Multimorbidité - prise en charge par le médecin généraliste, Rapport et recommandations de l’Académie Nationale de Médecine

Crédits photo : © absolut - Fotolia.com
Pierrick Horde

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du docteur Pierrick HORDE, directeur éditorial de Santé-Médecine et du Particulier Santé.

Santé médecine.net Le Particuler Santé
Publi-information