Injection intramusculaire – indications et déroulement

Posez votre question
L’injection intramusculaire est une pratique fréquente, destinée à administrer un traitement ou un vaccin. Elle est généralement sans douleur et sans risque à condition d’observer les bonnes pratiques et des mesures d’hygiène.



Définition et sites d’injection

L’injection intramusculaire désigne un geste consistant à administrer une solution médicamenteuse dans un tissu musculaire à l’aide d’une aiguille.
Les principaux sites d’injection sont le deltoïde (épaule), le muscle vaste externe (face externe de la cuisse), et le moyen fessier (au niveau de la hanche). Le grand fessier n’est plus un site d’injection recommandé en raison de sa proximité avec le nerf sciatique et l’artère glutéale supérieure.

Indications

Les muscles possèdent une vascularisation plus dense que les tissus graisseux ou sous-cutanée. Aussi, la voie intramusculaire permet aux traitements de faire effet plus rapidement, et d’injecter une quantité plus importante de produit.
L’injection intramusculaire est indiquée pour administrer des antibiotiques, des vaccins, des anti-inflammatoires et des vitamines. Certains médicaments neuroleptiques sont également disponibles par voie injectable en intramusculaire.

Déroulement

Avant de procéder à une injection intramusculaire, le professionnel de santé (médecin, infirmier) exécute les mesures d’hygiène des mains en prévention des infections nosocomiales, puis il prépare le matériel. Le patient est installé de manière à assurer son propre confort et celui du praticien.
Le site d’injection est désinfecté à l’aide d’un antiseptique, et la piqûre est effectuée au moyen d’un geste sûr en tendant la peau. Le professionnel réalise une brève aspiration pour vérifier une éventuelle remontée de sang. Si le sang ne remonte pas, le produit est injecté lentement. Dans le cas contraire, une nouvelle injection est préparée. Chez les jeunes enfants, l’étape de l’aspiration peut être passée pour une injection la plus rapide possible.
Une fois l’injection intramusculaire terminée, un pansement est appliqué sur le site de la piqûre sans masser pour éviter d’éventuelles douleurs. Le médecin vérifie le site d’injection plusieurs heures après ou indique au patient comment reconnaître d’éventuels signes d’infection ou de réaction allergique.

Précautions et contre-indications

Seuls des muscles sains peuvent recevoir des médicaments injectables par voie intramusculaire. Cette pratique n’est pas recommandée pour les patients sous traitement anticoagulant ou sous antiagrégants plaquettaires. Il est également contre-indiqué de réaliser une injection intramusculaire au niveau d’un hématome, d’un nodule ou de toute autre lésion cutanée.
Les complications potentielles d’une injection intramusculaire sont rares, et peuvent être évitées grâce aux règles d’hygiène. Elles concernent surtout le risque d’infection ou d’injection d’un médicament dans un vaisseau sanguin.

Pour aller plus loin

Généralités injections et perfusions, École Rockefeller (PDF)

À lire également

Injection intramusculaire – définition

Crédits photo : © Funkatronik - Dreamstime.com
Pierrick Horde

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du docteur Pierrick HORDE, directeur éditorial de Santé-Médecine et du Particulier Santé.

Santé médecine.net Le Particuler Santé
Publi-information

Publié par sante-medecine.

Ce document intitulé « Injection intramusculaire – indications et déroulement » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.fr) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.