Cancer de l'ovaire - Symptômes et traitements

Posez votre question

L'ovaire est un organe spécifique de la femme, faisant partie de son appareil génital. C'est le réservoir des follicules primordiaux. Ces follicules sont à l'origine de la libération dans les trompes, chaque mois, d'un ovocyte prêt à être fécondé par un spermatozoïde. Une telle rencontre donnera naissance à l'embryon, qui s'implantera dans l'utérus et fera débuter une grossesse.

Schéma



L'ovaire peut être atteint par des lésions évolutives, appelées kystes. Parmi ceux-ci, certains sont liés au fonctionnement normal de l'ovaire : ils sont appelés kystes fonctionnels. Les autres sont qualifiés d'organiques. Parmi ces kystes organiques, certains peuvent avoir un caractère bénin, tandis que d'autres sont malins : ces derniers sont des cancers de l'ovaire. Initialement, il n'est pas possible de prédire la valeur fonctionnelle ou organique, bénigne ou maligne, car les symptômes sont les mêmes. Néanmoins, cette distinction devra être faite pour envisager le traitement optimal de ces cancers. Le caractère malin est plus souvent suspecté chez une patiente ménopausée, et le cancer de l'ovaire concerne majoritairement les femmes de plus de 50 ans.

Symptômes

Les symptômes, peu fréquents, multiples et non spécifiques, expliquent que le cancer de l’ovaire est souvent diagnostiqué à un stade tardif et avancé. Les patientes souffrant de tumeur de l'ovaire et, a fortiori, de cancer de l'ovaire peuvent présenter des douleurs abdominales basses qualifiées de douleurs pelviennes, une sensation de poids dans le bas ventre appelée pesanteur pelvienne, des ballonnements, une envie fréquente d’uriner, une constipation récente, et des métrorragies, c'est-à-dire des saignements vaginaux survenant en dehors des règles, ou chez la femme ménopausée qui n'a plus de cycle menstruel. Parfois, la tumeur de l'ovaire est asymptomatique, ce qui explique sa découverte potentiellement tardive.

Grades

Le stade I d’un cancer de l’ovaire signifie qu’il correspond à un cancer qui n’est limité qu’aux ovaires alors qu’au stade II, la tumeur s’étend aux organes pelviens comme par exemple l’utérus, les trompes de Fallope ou la vessie. Le stade III correspond à l’atteinte du péritoine et des ganglions lymphatiques pelviens .Au cours du stade IV, cela signifie que le cancer s'est propagé vers d’autres organes plus éloignés comme par exemple le foie.

Diagnostic

Que la découverte soit fortuite, au cours d'un examen pratiqué pour une autre raison, sans qu'il y ait eu de signe évocateur, ou devant la présence de signes cliniques, une échographie est réalisée. Celle-ci peut se faire de façon externe au niveau de la partie basse de l'abdomen, mais parfois via une sonde entrée dans le vagin : on parle d'échographie endo-vaginale. Cette échographie permet d'étudier la tumeur, sa taille, sa forme, ses contours et, suivant ces critères, d'évoquer plutôt une lésion bénigne ou un cancer de l'ovaire. Elle peut être complétée par un scanner ou une IRM. En cas de kyste probablement fonctionnel, une nouvelle échographie, réalisée trois mois plus tard, montrera souvent sa disparition. En cas de persistance ou de suspicion de cancer, l'ovaire doit être enlevé : on parle alors d'ovariectomie. La tumeur doit alors être analysée pour identifier sa nature et, en cas de cancer certifié, un bilan d'extension doit être pratiqué. Un prélèvement du tissu suspect est alors effectué au cours d’une intervention chirurgicale, par cœlioscopie ou laparotomie.

CA 125

Le CA-125, molécule présente à la surface de certaines cellules normales, est produite en très grande quantité par certaines cellules cancéreuses, notamment par des cellules tumorales ovariennes. Une augmentation de la quantité sanguine de CA 125 peut témoigner de la présence d’une tumeur ovarienne. Mais attention : d’autres pathologies, qu’elles soient bénignes ou malignes, peuvent entrainer une élévation et certaines tumeurs ovariennes ne produisent pas de CA-125.

Traitement

La chirurgie et la chimiothérapie sont les deux traitements majeurs du cancer de l’ovaire.

Chirurgie

Au stade précoce du cancer de l’ovaire, l’intervention chirurgicale, pouvant être réalisée au cours d’une coelioscopie, consiste à enlever les deux ovaires, l’utérus, les ganglions lymphatiques et l’épiploon, partie du péritoine.
Lorsqu’un seul ovaire atteint et qu’une grossesse est envisagée, l’ovaire atteint et la trompe associée peuvent être alors uniquement retirée.
Une laparotomie est parfois réalisée lorsqu’il est nécessaire d’enlever les tissus atteints et selon l’extension tumorale, d’autres organes comme le colon, le rectum, et une partie de l’intestin grêle.

Chimiothérapie

L’intervention chirurgicale précède en général la chimiothérapie mais il arrive que la chimiothérapie soit d’abord réalisée si la tumeur n’est pas opérable, ou pour en diminuer son volume afin que l’ intervention moins importante. La chimiothérapie est ensuite reprise après l’intervention chirurgicale.

Thérapies ciblées

Des traitements ciblés, peuvent permettre de combattre les anomalies liées aux mutations génétiques prédisposant au cancer, BRCA1 et BRCA2 .
Des thérapies de plus en plus ciblées et efficaces seront proposées grâce à l’identification de sous-types de tumeurs

RCP

Rappelons que chaque cas fait l’objet d’une réunion de concertation pluridisciplinaire, la RCP, au cours de laquelle les spécialistes, oncologues, chirurgiens, généticiens… décident ensemble du plan de traitement.

Prévention

La prévention n'est possible que pour certaines formes familiales de cancer de l'ovaire : une ablation des deux ovaires et des deux trompes peut être envisagée dans ces conditions.
Pierrick Horde

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du docteur Pierrick HORDE, directeur éditorial de Santé-Médecine et du Particulier Santé.

Santé médecine.net Le Particuler Santé
Publi-information

Publié par Jean-François Pillou. Dernière mise à jour le 17 janvier 2018 à 11:26 par Docteur Pierrick Hordé.

Ce document intitulé « Cancer de l'ovaire - Symptômes et traitements » issu de Journal des Femmes Santé (sante-medecine.journaldesfemmes.fr) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.