Trop de sport - Risques

Dans son expertise collective "activité physique : Contextes et effets sur la santé", L'Inserm pointe les différents problèmes, traumatiques et psychologiques, que peut entrainer une activité physique pratiquée de manière excessive.

Augmentation des risques de traumatismes

  • La pratique régulière d'une activité physique peut être responsable d'un risque potentiel de blessure, variable quant au type et à la gravité, en fonction de la discipline sportive, de l'âge et des conditions de pratique notamment.
  • Des traumatismes différents associés à chaque sport

La natation

La natation conduit à l'apparition fréquente de tendinites de l'épaule (jusqu'à 21% de l'ensemble des blessures dans certaines études).

Cyclisme

La pratique du cyclisme est responsable de fréquentes tendinopathies au niveau du genou.
(13 pour 100000 km parcourus).

Course à pied

La course à pied provoque des syndromes rotuliens, des tendinites du genou et de la cheville et des fractures de fatigue qui représentent en athlétisme.

La course à pied est responsable de 8 à 20% des blessures selon les études, contre 1% en moyenne pour les autres sports.

Chez l'enfant

Chez l'enfant en croissance, l'attention doit être tout particulièrement portée sur les risques de surmenage des cartilages de croissance (épiphysaires et apophysaires) encore appelés ostéochondroses, beaucoup plus fréquents que les lésions ligamentaires, musculaires ou tendineuses, retrouvées chez l'adulte.

Arthrose

La pratique sportive intensive et plus particulièrement pour certains sports (football, hockey, tennis) est à risque arthrogène notamment après la survenue d'un premier accident (par exemple rupture du ligament croisé antérieur du genou) ou dans le cas d'anomalies morphologiques.

L'activité physique modérée peut avoir un effet bénéfique sur l'arthrose : bien adaptée à chaque individu, elle améliore en effet les capacités fonctionnelles et diminue les douleurs associées à la maladie.

Chez la femme

Une pratique intensive peut provoquer des troubles du cycle chez la femme : retard pubertaire, insuffisance lutéale ou cycles anovulatoires.

Risques psychologiques

Stress

Une pratique trop plus intensive peut rendre les sportifs plus anxieux et plus fragiles.

Addiction

Des travaux récents ont estimé à 4% environ, dans la population sportive générale, la proportion de sujets susceptibles de « glisser » vers l'addiction. Une addiction dépendant du type de sport, du niveau de pratique, de l'environnement socio-familial

  • Les hommes sont plus concernés par le phénomène d'addiction.
  • Le niveau de pratique, l'environnement socio-familial ou la recherche de sensations sont des facteurs amplifiant ou limitant cette vulnérabilité.
  • Les sports les plus concernés sont la course de fond, le marathon et le body building

Sources : Activité physique : contextes et effets sur la santé, Inserm, mars 2008.

Ce document intitulé « Trop de sport - Risques » issu de Journal des Femmes (sante-medecine.journaldesfemmes.fr) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.